top of page

PREP Pendant la COVID-19

Dernière mise à jour : 24 janv. 2022

Les jeunes ayant une incapacité physique sont souvent confrontés à des restrictions de participation en raison d'obstacles environnementaux. L'apparition de la pandémie de COVID-19 a intensifié les obstacles à la participation, ce qui a eu un impact significatif sur la santé et le bien-être de cette population, augmentant les risques associés à une mauvaise santé mentale et physique. Le projet AU-DELÀ du laboratoire ASPIRE, financé par les Instituts de recherche en santé du Canada, examinant l'efficacité de la participation à des activités communautaires sur l'amélioration des fonctions corporelles (c.-à-d. résultats cognitifs, affectifs et moteurs) pour les jeunes ayant une incapacité physique était déjà en cours lorsque la pandémie a commencé. Qu'avons-nous fait? L'approche Pathways and Resources for Engagement and Participation (PREP), qui s'attaque aux obstacles environnementaux pour permettre la participation des jeunes à des activités choisies par eux-mêmes, a été utilisée dans la présente étude et a démontré que la participation pendant une pandémie est difficile mais possible. Une conception de série chronologique interrompue individuelle de 22 semaines a été utilisée chez 14 jeunes (9 femmes) ayant une incapacité physique âgés de 17 à 24 ans. Un ergothérapeute a travaillé avec chaque jeune pour éliminer les barrières environnementales dans son propre contexte. La performance et la satisfaction liées à l'activité ont été mesurées chaque semaine à l'aide de la Mesure canadienne de la performance occupationnelle (MPOC). Qu'avons-nous trouvé? Tous les participants (n = 14, 9 femmes et 5 hommes) ont identifié un objectif de participation non virtuelle, 7 ont commencé à s'engager dans l'activité sélectionnée avec une autre personne et 7 ont terminé l'intervention en participant à l'activité de loisir choisie pendant 8 semaines. Dans notre étude, les jeunes étaient particulièrement désireux de poursuivre des activités non virtuelles avec une autre personne (de préférence du même âge), ce qui renforce le besoin d'un engagement significatif en période de perturbation, en particulier pour ceux qui courent un risque accru d'isolement social.

Comment la participation a été améliorée? Plusieurs stratégies faisant appel à la flexibilité et à la créativité ont été utilisées pour identifier conjointement des activités et développer des solutions pour rendre la participation possible (tableau 1). Les jeunes ont choisi divers types d'activités telles que les sports (badminton, football, équitation, natation), la musique (jouer du piano, chanter), les loisirs (jeux de société, cuisine, peinture, création littéraire, couture) et le travail/bénévolat (station de radio). L'inspection visuelle des données MPOC indique une performance et une satisfaction améliorées pour tous les participants, et une amélioration cliniquement significative (augmentation du score médian de > 2 points) dans 10/14 trajectoires. La figure 1 montre les changements dans les scores de performance et de satisfaction COPM pour deux participants. Les premiers résultats de tous les participants peuvent être consultés sur cette affiche. Tableau 1 Six stratégies axées sur l'environnement pour permettre la participation pendant la pandémie



Figure 1


Changements dans les scores MPOC suite à l'intervention PREP pour 2 participants



Conclusion


En s'appuyant sur les ressources existantes et en créant de nouvelles voies de participation, les jeunes ont été équipés de stratégies basées sur des solutions les préparant à des circonstances réelles en constante évolution. Vous pouvez en savoir plus sur les stratégies et les leçons apprises documentées dans ce commentaire (Anaby et al., 2021) et les premières conclusions partagées par l'affiche et de la présentation de la conférence 2021 de l'Académie européenne des personnes handicapées de l'enfance (EACD).







4 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page